• Livre et écriture,

Croire ou ne pas croire

Publié le 28 novembre 2013 Mis à jour le 28 novembre 2013

Sous la direction de Monique Cottret et Caroline Galland Paris, Kimè, 2013.

Le verbe croire renvoie à des réalités diverses et contradictoires. Croire c’est à la fois être certain, tenir pour vrai, adhérer avec conviction, mais c’est aussi, penser, admettre comme probable, envisager comme possible, et donc ouvrir la voie au doute, à l’opinion, au débat. Le verbe croire possède de multiples usages. Songeons que l’on croit en Dieu alors que l’on croit au diable. On croit à, on croit en, on croit que… Les historiens mobilisés dans cet ouvrage s’interrogent sur ces modalités complexes de la croyance dans tous les domaines du champ social. Privilégier les temps de ruptures, de déconstruction des croyances, les seuils épistémologiques fut le fil conducteur de cette recherche entre « croire » et « ne pas croire ».

Mis à jour le 28 novembre 2013